uruguay

 

 

MONTEVIDEO

P1010761

 

P1010760

P1010768

P1010772

P1010778

Diner spectacle de Tango au coeur de la vieille ville.

P1010790

P1010791

P1010798

P1010800

 LA COTE EST

Connue comme une des stations balnéaires les plus glamour et luxueuses d'Amérique du Sud, Punta del Este se situe sur la pointe la plus au sud de l'Uruguay, entre le Río de la Plata et l'Océan Atlantique. Lieu de vacances de la jet set internationale, beaucoup espèrent pouvoir rencontrer leurs idoles sur une de ses plages, dans les discothèques, les restaurants ou les bars branchés, nous n’y avons rencontré personne de connu hors saison mais nous avons profité du coucher de soleil.

DSC00206 (Copier)

DSC00217 (Copier)

DSC00233 (Copier)

C'est sur la plage La Brava que l'on trouve la sculpture réalisée par l'artiste chilien Mario Irarrázabal en 1982, représentant les doigts d'une main émergeant du sable et baptisée de plusieurs noms comme "La Mano de Punta del Este", "Los dedos", "Monumento al ahogado" ou "Hombre emergiendo a la vida ». Mario Irarrázabal s'est fait une spécialité dans la réalisation de mains géantes : Uruguay, Chili, Madrid, Venise …

DSC00215 (Copier)

DSC00208 (Copier)

Casapueblo situé à Punta Ballena, à 13 kilomètres à l'ouest de Punta del Este, est une œuvre incroyable réalisée par l'artiste uruguayen Carlos Páez Vilaró. À l'origine une résidence d'été avec l'atelier de l'artiste, devenue un vaste complexe comprenant un musée, une galerie d'art, une cafétéria et un hôtel offrant des chambres avec une superbe vue sur la mer. Casapueblo a été construit autour d’une maison en bois faite avec des planches trouvées sur la côte, en ciment blanchi à la chaux, dans le style méditerranéen de Santorin, mais l’artiste faisait aussi référence au nid du furnarius, un oiseau typique de l’Uruguay. Cela a pris 36 ans pour réaliser cette construction mi palais fantôme, mi château imaginaire.

DSC00185 (Copier)

DSC00189 (Copier)

DSC00190 (Copier)

DSC00192 (Copier)

DSC00196 (Copier)

DSC00200 (Copier)

C'est en 1890 que la station balnéaire de Piriápolis fut fondée par Francisco Piria, descendant d'immigrés italiens et homme d'affaires talentueux. Le télésiège qui mène au sommet du Cerro San Antonio permet d'avoir un magnifique panorama sur la station et ses plages, l'océan et les collines avoisinantes.

DSC00134 (Copier)

 

DSC00138 (Copier)

DSC00143 (Copier)

DSC00158 (Copier)

 

Au pied de la colline Cerro Pan de Azucar la Réserve Municipale abrite une cinquantaine d'espèces animales dont des pumas, des jaguars, des coatis, des nandous, des renards masqués et des cerfs, ainsi qu’un serpentarium et des peintures rupestres.

 

Lorsque le Capitaine Joseph Polloni en provenance de Cadix fit naufrage sur les côtes de Cabo Polonio pendant l’été 1753, à l’instar de nombreux autres navires à la même époque, seules les otaries lui souhaitèrent la bienvenue.

DSCN3027 (Copier)

Donnant malgré lui son nom à l’endroit, il le pointa également sur les cartes au grand bonheur des pirates et des contrebandiers, français entre autres, qui en firent un de leurs refuges jusqu’au début du XVIIIe siècle.

DSCN2964 (Copier)

DSCN3017 (Copier)

Deux cents ans plus tard, quelques Uruguayens décidèrent de franchir la barrière naturelle des dunes pour s’installer à Cabo Polonio et vivre de la pêche à l’écart du monde. Dans les seventies, les hippies les rejoignirent et contribuèrent à faire du village un lieu unique sur lequel la modernité n’aurait jamais de prise.

DSC00271 (Copier)

DSC00272 (Copier)

DSC00273 (Copier)

DSC00274 (Copier)

DSCN2950 (Copier)

Aujourd’hui, Cabo Polonio est une réserve naturelle toujours aussi difficile d’accès et dont l’entrée est protégée. La seule façon d’y arriver est de se faire emmener par un monstertruck, gros camion 4x4, capable de franchir dunes, nid de poules et autres embûches.

DSC00252 (Copier)

DSC00260 (Copier)

DSC00266 (Copier)

Ce petit village de pêcheurs entouré par deux superbes plages, un désert de dunes et un cap rocheux gardé par un phare énigmatique est probablement l’endroit le plus préservé, magnifique et sauvage de toute la côte uruguayenne.

DSCN3065 (Copier)

DSCN3063 (Copier)

DSCN2958 (Copier)

Au pied du phare des centaines d’otaries (lion de mer, à fourrure), la 2e plus grosse colonie du pays, offrent un spectacle quotidien dans l’eau et sur les rochers. On peut passer des heures à les regarder.

DSCN2966 (Copier)

DSCN2991 (Copier)

DSCN2996 (Copier)

DSCN3000 (Copier)

DSCN3002 (Copier)

DSCN3003 (Copier)

DSCN3007 (Copier)

DSCN3010 (Copier)

DSCN3013 (Copier)

DSCN3025 (Copier)

DSCN3031 (Copier)

DSCN3038 (Copier)

DSCN3041 (Copier)

DSCN3055 (Copier)

DSCN3051 (Copier)

Chuy est une ville à cheval sur la frontière entre le Brésil et l'Uruguay. La rue principale marque la frontière ; la moitié brésilienne de la ville parle portugais et paie en réais, et la moitié uruguayenne parle espagnol et paie en pesos. Zone franche, centre commercial équivalent au Perthus à la frontière espagnole.