Rendez-vous cette fois au dégrad du marché au poisson de Kourou.

P1030718 (Copier)

Direction le mini-archipel des îles du "Salut"  à une quinzaine de kilomètres au large, soit une petite heure de catamaran.

P1030721 (Copier)

 

On passe la pointe des Roches avec la Tour Dreyfus qui permettait de communiquer avec le sémaphore des îles.

P1030723 (Copier)

Ces trois îles forment un triangle : l’île Royale, l’île Saint-Joseph et enfin l’île du Diable.

carte_iles_du_salut [2348287]

 

P1030736 (Copier)

Elles furent rebaptisées « îles du salut » quand une partie des colons d’origine française, convoyés en Guyane pour peupler le territoire, y trouvèrent refuge, survivant ainsi aux insectes, à la chaleur et aux épidémies.

Autour des îles la mer est idéalement bleue ce qui change des flots couleur café au lait du continent. La baignade est toutefois limitée à certaines criques car les courants sont forts et peuvent entrainer vers le large ou au contraire projeter sur les côtes rocheuses.

P1030757 (Copier)

 

P1030758 (Copier)

 

P1030775 (Copier)

P1030776 (Copier)

 

Mais ce décor de carte postale tranche avec la réalité historique des lieux.

Les Iles du Salut ont abrité jusqu'en 1947 un des bagnes de Guyane.  En une centaine d’années le bagne des îles du salut a "accueilli" près de 70 000 bagnards dont 50 000 sont morts au travail, dans leur cellule ou guillotinés.

Alfred Dreyfus (1894) et Guillaume Seznec (1923) ainsi qu'Henri Charrière, dit Papillon (1933) en furent les prisonniers les plus célèbres.

P1030771 (Copier)

 

Les installations pénitentiaires seront laissées dans leur état de grand délabrement jusqu'à l'implantation du centre spatial guyanais en 1965 à Kourou.

Devenues la propriété du Centre national d'études spatiales (CNES), compte tenu de leur situation sous la trajectoire de la fusée lors des lancements, l’île principale accueille une caméra de poursuite, qui filme les premières phases du décollage des lanceurs. Les Iles doivent être évacuées 5 heures avant chaque tir.

P1030821 (Copier)

P1030815 (Copier)

 

P1030786 (Copier)

La remise en état de ce patrimoine historique et culturel est intimement liée à la volonté du CNES, de contribuer à faire connaître cette période de l’histoire de France.

Héritage historique encombrant mais incontestable, les Iles du Salut font ainsi l’objet de multiples opérations de mise en valeur, depuis près de trente ans. Aujourd'hui, ces îles sont inscrites à l'inventaire des monuments historiques.

Seules l'île Royale et l'île Saint Joseph sont accessibles. Nous avons passé une demie journée sur chacune d’elles, le temps d’en faire le tour, de visiter les vestiges du bagne et de profiter de la baignade.

 

L'île Royale : la plus grande des trois (28 hectares). C'est ici que se trouvaient l’administration pénitentiaire et le Commandement du bagne des Iles, l'hôpital, les dortoirs, cellules et cochots de la majeure partie des forçats.

P1030748 (Copier)

Les anciens bâtiments du bagne ont été pour la plupart réhabilités : on peut visiter l’ancienne maison du Commandant, transformée aujourd'hui en Musée, l’Eglise, les cellules disciplinaires, les abattoirs, la porcherie,  l’ancienne forge, etc.

 

P1030760 (Copier)

 

P1030765 (Copier)

 

P1030766 (Copier)

P1030769 (Copier)

P1030800 (Copier)

P1030805 (Copier)

 

P1030831 (Copier)

 

P1030834 (Copier) (2)

Certains bâtiments sont restés en l’état ou sont en voie de restauration comme l’hôpital, l’asile, les dortoirs des condamnés.

P1030804 (Copier)

P1030817 (Copier)

P1030823 (Copier)

 

 

P1030837 (Copier)P1030825 (Copier)

P1030826 (Copier)

P1030827 (Copier)

 

Une partie du quartier pénitentiare est réhabilité et permet de se faire une idée des conditions de détention ...

P1030838 (Copier)

P1030853 (Copier)

P1030855 (Copier)

P1030863 (Copier)

P1030864 (Copier)

P1030866 (Copier)

 

D'autres bâtiments ont aujourd'hui une vocation touristique car depuis les années 1980, grâce à la reconnaissance du patrimoine culturel et à l'essor touristique les îles attirent de plus en plus de visiteurs, de Guyane et d’ailleurs.

 

L’offre d’hébergement s’est développée, de façon peut-être discutable … les serviettes et maillots de bains qui sèchent, les antennes, les poubelles dénaturent un peu le paysage.

 

L’ancien mess des officiers a été transformé en auberge, les chambres climatisées coûtent 240 euros pour deux personnes en pension complète.

 

P1030779 (Copier)

 

P1030798 (Copier)

 

Les maisonnettes de surveillants du bagne sont à 70 euros la nuit pour une chambre aux murs nus et une vaste pièce d'eau.

P1030850 (Copier)

 

P1030851 (Copier)

 

Les dortoirs des bagnards remis en état permettent de tendre son hamac entre les barreaux, la nuit est facturée 10 euros par l'auberge qui gère toute l'offre l'hébergement sur l'île Royale.

 

 P1030844 (Copier)

L’île accueillait le cimetière des enfants des familles participant au commandement.

 

P1030835 (Copier)

 

 

 

 


L'île Saint Joseph : La plus sauvage. C’est le bagne à l'intérieur du bagne, qui recevait les récidivistes, les fortes têtes, à l’isolement.  

Le ponton n’est pas accessible directement aux catamarans, l’abordage se fait donc au choix en zodiac ou à la nage. Beau temps, mer calme, et plus de requins, nous avons choisi la nage, les sacs et vêtements suivant en annexe.

Le quartier de la réclusion de l'Ile Saint Joseph situé au sommet de l'île n'a pas encore été restauré et les ruines peuvent être dangereuses pour les visiteurs qui s'y aventurent (risques d'éboulement de murs, de chutes d'éléments de charpente métallique, de chute dans les escaliers, etc.).

P1030895 (Copier)

 

P1030897 (Copier)

 

 

 

Les magnifiques vestiges de pierre et d’acier sont envahis par la végétation qui reprend peu à peu ses droits.

P1030909 (Copier)

Dans les longs couloirs où les araignées ont tendu leurs toiles les cachots ouverts sont envahis de racines pour certains.

P1030903 (Copier)

P1030906 (Copier)

L’ambiance y est particulièrement lourde, dommage nous n’avons pas prévu de passer la nuit d’halloween sur l’île, si non l’expérience aurait été … flippante.  

L’île accueillait aussi le cimetière des adultes travaillant sur le site, les corps des détenus étant jetés à la mer.

 

P1030885 (Copier)

 

P1030891 (Copier)

 

 

 

 

 

Un sentier fait le tour de l'île et permet de découvrir de magnifiques point de vue sur les deux autres îles (Royale et du Diable).

P1030869 (Copier)


P1030874 (Copier)

L'île du Diable : la plus petite (14 hectares), et la plus inaccessible, pour les espions, les détenus politiques ou de droit commun.

P1030777 (Copier)

L'île du Diable aurait été baptisée ainsi par les Indiens Galibis, qui ont fait de cet îlot rocheux dépourvu de végétation la résidence de l'Iroucan, l'esprit du mal. C’est sur cette île qu'étaient déportés les prisonniers politiques dont, entre autre, Albert Dreyfus.

 

P1030795 (Copier)

 

Autrefois les alentours des Iles étaient infestés de requins attirés par la présence de l’abattoir sur l’île Royale, et de l’immersion des défunts, de forts courants rendait l’accès extrêmement difficile, pas besoin de gardes, les évasions étant naturellement vouées à l’échec. Le transport et le ravitaillement étaient assurés par tyrolienne, aujourd’hui disparue.

Actuellement encore le débarquement sur l'île n'est pas autorisé au public.

 

En rentrant, le beau temps avait laissé place à un orage. Nous avons échappé à l’averse sur le bateau mais pas à la mer formée ni aux éclairs zébrant le ciel devenu noir.

Et pour rester dans l’atmosphère, nous avons fini la soirée sur le film « Papillon »,  très romancé, tiré du très controversé livre d'Henri Charrière, mais qui nous a permis de reconnaître les bâtiments et sites des bagnes de St Laurent et des îles du Salut aux heures les plus sombres …